Partager sur Facebook
Twitter
Google +

L’évadé est un fiché S » en raison d’une « tendance à la radicalisation »
Le détenu de 21 ans a réussi à s’échapper à son arrivée à l’hôpital de Brest, Finistère. Il s’est enfui à bord d’un véhicule qui l’attendait à proximité.
Les faits se sont déroulés « entre 09h00 et 10h00 » devant le CHU et « ça s’est passé extrêmement vite, dès l’arrivée sur place« , a précisé l’administration pénitentiaire.
Selon le Syndicat national pénitentiaire Force ouvrière, l’individu s’est mis à courir dès sa sortie du véhicule pénitentiaire. Un agent est parvenu « à le plaquer une première fois au sol, mais le détenu s’est relevé et a rejoint un véhicule de type Peugeot 306 où au moins deux complices l’attendaient« .
Des téléphones portables ont été retrouvés dans sa cellule, a souligné une source proche de l’enquête, selon laquelle il était signalé en raison de sa conversion à l’islam, la pratique rigoriste de sa foi et un changement physique. Cependant, il ne tenait pas de discours rigoriste, ni avant,  ni pendant sa détention. La taqîya….
Cet homme « fait l’objet d’une fiche S parce qu’il a une « tendance » à la radicalisation
« Il est suivi pour ça », a indiqué le procureur de la République de Brest, Jean-Philippe Récappé. Il n’a cependant jamais été condamné pour des faits de terrorisme ou d’apologie du terrorisme, a-t-il ajouté.
Originaire de Landerneau, près de Brest, le voyou avait 23 mentions à son casier judiciairepour des faits de vol, dégradation et outrage notamment, selon J.-Ph. Récappé.
Le « Breton » était en détention provisoire depuis le 13 novembre pour « vol par escalade dans un entrepôt«  selon le Parquet de Brest. Sa détention devait se prolonger jusqu’en juillet.
Incarcéré à plusieurs reprises à Brest, notamment alors qu’il était encore mineur, ce délinquant a été également emprisonné à Nantes, selon Thierry Labrot, du syndicat modéré UFAP-Unsa de Brest, selon lequel il s’est radicalisé « à travers ses fréquentations qu’il avait en détention« , une thèse portée par les socialistes. Il s’était laissé pousser la barbe, portait la djellaba et faisait cinq prières par jour, a précisé le syndicaliste, suggérant que les islamistes sont maîtres de la prison et disant regretter le manque de formation du personnel pénitentiaire face à de tels individus. « L’établissement (de Brest) n’est pas fait pour recevoir ce profil de détenus« ,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer