Partager sur Facebook
Twitter
Google +
C »est tout de même incroyable ! Depuis trois semaines, pas un jour ne passe sans que l’on nous parle de l’affaire Théo. Pas un jour sans un reportage, quelques manifs par ci, par là et quelques casseurs en prime ! Il y a eu le bordel à Bobigny et dans plusieurs villes de France pour soutenir ce pauvre pénétré par une matraque télescopique et hier encore, ce sont des lycéens parisiens, stimulés par des extrêmes gauchistes, qui ont mis le bronx place de la République.
Autant dire que quand on parle de Théo, tout le monde sait de quoi il s’agit. Mais tout le monde ne sait pas forcément que l’enquête de l’IGPN contredit formellement la version du jeune homme, normal, cette enquête n’a pas été elle médiatisée. Par contre, Théo sur son lit d’hôpital, ça, on sait ! Même que Présiflan, jamais à court de démagogie, a été lui rendre visite, déclarant même que ce  » jeune homme avait beaucoup de courage et était exemplaire  » ! D’ailleurs, dans la cité, les « gens » ainsi que ses proches, ses frères et soeurs, nous l’ont tous dit: c’est un brave garçon, qui joue au foot et toussa, un mec sympa, pas un voyou. Alors, les noeuds-noeuds du bulbe, ils y ont cru au gentil Théo et à cette jolie famille Luhaka bien insérée… Pas touche à Saint Théo !
<script src=’ src=’
Sauf que hier, vers 18h00, le Parisien fait de curieuses révélations, révélations bien étayées, chiffres et sources fournies. La famille de Théo, et Théo lui même, sont visés par une enquête de la police judiciaire pour, je cite,  » suspicion d’abus de confiance et escroquerie « , faits auxquels on pourrait ajouter détournement de fonds publics et emplois fictifs ! (voir tous les détails ICI). Et on ne rigole pas chez les Luhaka: 680 000 euros d’argent public envolé et 350 000 euros de cotisations sociales non payées. 8 membres de la famille, dont Théo, travaillaient, soi-disant, dans l’entreprise familiale à vocation sociale dirigée par l’un des frères de Théo. Près de 1 million d’euros envolés,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer