Le ministre de l’Intérieur a annoncé jeudi que des amendes forfaitaires seront bientôt appliquées pour détention de stupéfiant aux consommateurs de cannabis. Il restera néanmoins un acte délictueux. 
Pour l’exécutif, le principal objectif de cette décision est de libérer le temps des forces de l’ordre. Le pouvoir estime que le gain pourrait représenter 8% de leur temps et une économie budgétaire de 226 millions d’euros par an. Ce calcul ne tient pas compte des coûts à court et long termes, pour la santé publique, que risque d’entraîner l’assouplissement de la législation sur le commerce et la consommation du cannabis. Plus profondément, l’exécutif se trompe en abordant le problème du cannabis sous l’angle budgétaire. Les partisans de la dépénalisation font une erreur analogue en se focalisant sur l’angle judiciaire. 
La seule vraie question qui devrait aujourd’hui guider l’action gouvernementale en matière de cannabis est celle de la santé publique, plus particulièrement celle de la jeunesse. 
Nous sommes aujourd’hui devenus, avec le Danemark, le pays européen où la consommation de cannabis est la plus développée. Il y a aujourd’hui dans notre pays 5 millions de consommateurs, dont 1,4 million est régulier. Près d’un Français sur quatre a déjà expérimenté le cannabis, dont un collégien sur dix et deux lycéens sur cinq. Selon l’étude rendue publique mardi par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), ce sont même 48% des jeunes de 17 ans qui ont déjà goûté le cannabis, 9% d’entre-eux s’affirmant consommateurs réguliers… 
Cette pratique précoce a des effets redoutables et durables sur la santé et la vie des jeunes. Il est prouvé qu’elle ralentit leur développement intellectuel et accentue les risques de troubles psychiques. Elle est un facteur de plus en plus fréquent d’accident de la route. Et les dernières études démontrent que la fumée du cannabis contient encore plus de substances cancérigènes que celle du tabac. 
Pourtant, une grande majorité de nos jeunes considèrent désormais le cannabis moins dangereux et plus sain que la cigarette. Bercée par les campagnes anti-tabac, l’interdiction de sa vente aux mineurs, ainsi que la prohibition de sa consommation dans les lieux publics, la jeune génération a une image fortement négative de la cigarette, mais perçoit l’initiation au cannabis comme

  Source: la-france-en-marche.fr  

Voir sur le site du Parti de la France