LA CONSTITUTION DE LA Vème REPUBLIQUE, UN INSTRUMENT DANGEREUX ENTRE LES MAINS DE TOUT APPRENTI DICTATEUR !

La mauvaise utilisation de la constitution de la IVème République, la pusillanimité des différentes majorités législatives et « l’affaire algérienne », ont eu raison de la démocratie parlementaire. Il n’en est pas moins vrai que l’actuelle constitution, entre les mains d’un Chef de l’Etat ayant à sa botte une majorité de « béni-oui-oui », est un danger pour la liberté d’expression et le fonctionnement normal d’une saine démocratie. On a vu sous les deux mandatures de Charles De Gaulle où cela menait, une sorte de pouvoir absolu  auquel  seul un référendum perdu, imprudemment sollicité par le Président de la République lui-même,  mit un terme. Il est vrai qu’il y a le Sénat qui peut contrebalancer une Assemblée nationale quasi monocolore mais, in fine, c’est elle qui a le dernier mot dans le débat parlementaire et la procédure des navettes. Quant aux régions et aux départements, leurs pouvoirs sont limités, parfois paralysés par de scandaleux doublons. Le Conseil constitutionnel  peut sanctionner  ou amputer un projet législatif, mais c’est rare, d’autant que les membres de « l’honorable » cénacle sont nommés par, justement, les Présidents des deux chambres et le Chef de l’Etat lui-même.  S’ils sont membres du même parti, il n’y a aucun sas de liberté. Aujourd’hui,  le nouveau et fringant  jeune Président,  a à sa disposition un énorme groupe de députés plus ou moins aguerris,  auquel on peut ajouter  ceux du MODEM et un certain nombre de « renégats » issus des vieux partis hier dominants, venus « à la gamelle » ?  Si Versailles nous était « COMPté » Donc, Emmanuel   Ier a convoqué les Etats généraux le lundi 4 juillet, la veille du discours de politique générale de son Premier ministre devant la Chambre….Manière de lui brûler la politesse ou de lui indiquer, à nouveau, les grands axes de « sa » politique ? Sa Majesté est, en tout cas, très active et  comme un  petit colonel du KGB s’étant couronné Tsar de toutes les Russies, peut-être aime-t-elle à se mettre également  en scène : ici en Afrique parmi « ses » soldats ou ses pairs

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France