Partager sur Facebook
Twitter
Google +

C’est toujours un régal d’entendre Mme Hidalgo, le calamiteux Maire de Paris, proférer des stupidités sur le ton péremptoire qu’elle affectionne. Ainsi avait-elle fait du « Ramadan » une tradition culturelle française et du Front national créé en 1972 un parti collaborationniste durant l’occupation allemande. Aujourd’hui, elle reproche à la France, insuffisamment accueillante aux immigrés, de n’être pas au rendez-vous de son histoire. Il est vrai que chaque être vivant a rendez-vous avec la mort, mais pour un élu français, l’ambition prioritaire devrait être de prolonger la vie de la France, non d’aspirer à sa disparition. Certes, la France a cultivé une pensée rationnelle et universelle qu’elle a voulu propager dans le monde. Cela a donné d’abord son rayonnement intellectuel au siècle des Lumières, puis d’une manière moins reluisante son expansion militaire et révolutionnaire en Europe qui a suscité la réaction nationaliste de l’Allemagne. Cela a enfin justifié le colonialisme du XIXe siècle défendu par Jules Ferry comme une mission civilisatrice. Manifestement, la France d’aujourd’hui a non seulement perdu de son prestige intellectuel, mais lorsque des immigrés s’y précipitent, ce ne sont pas des intellectuels persécutés dans leur pays, mais des migrants à la recherche de meilleures conditions de vie matérielles. Pour beaucoup, ils sont porteurs d’une culture différente qu’ils n’entendent pas abandonner et s’ils professent la religion musulmane, celle-ci est aux antipodes du rationalisme français, que l’héritage grec et la pensée chrétienne avaient rendu possible. Etre au rendez-vous de l’histoire consisterait donc pour une « société ouverte » à s’ouvrir encore davantage à des populations qui progressivement, en raison de leur poids démographique, introduiraient un esprit de fermeture. La tolérance à l’intolérance, comme l’a souligné Popper, conduit à la victoire de l’intolérance. Lorsque des populations fuient la misère pour atteindre l’Eldorado, elles peuvent aussi transformer celui-ci et le réduire à la misère. Les colons européens ont développé le monde. Les invasions barbares dans l’Empire Romain ont détruit celui-ci. Ces deux formes de migrations ne sont pas identiques. Elles sont contradictoires.
De manière semblable, il importe de distinguer les migrants économiques et les réfugiés politiques. Ces derniers sont

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer