Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Visiblement la fierté du drapeau national, de l’appartenance à la nation Française n’a duré que le temps des quelques pleurnicheries de nos politiques sur les cadavres chauds de nos compatriotes à la suite des attentats de novembre. Pendant cette éphémère période il était de bon temps d’afficher le drapeau tricolore, mais comme tout ce qui est lié au marketing, à la communication et tout ce qui dans le fond n’est aucunement sincère cela ne dure jamais vraiment. On oublie aussi vite que cela arrive.
Et parce que l’information en chasse toujours une autre, plus vite encore que la vitesse du son, le moment de l’amour pour notre étendard est écarté et sûrement définitivement. Tous ceux qui s’affichent comme Français, chez eux dans leur propre pays la France, seront à nouveau considérés comme les fascistes des temps modernes. Ils seront brocardés, honnis, jetés à la fausse aux lions. Pour eux il est interdit d’énoncer leur identité propre, ils doivent vivre enfouis et accepter que d’autres cultures, d’autres nationalités viennent imposer à ce qui n’est pas leur sol leur vision de la patrie.
Maghrébins, migrants, clandestins, roms, habitants de cité tous ces indésirables fiers de faire poser le genou à terre à un Etat toujours plus faible continueront à étaler leur appartenance sauvage et dont la place n’est nullement en France. Ils ont le droit, le devoir même de le faire, c’est ce qu’on appelle le « droit à la différence » devenue dans l’imaginaire et constitutionnelle, un acquis immuable peut-être même plus que le vin et la viande. Parce que nos pouvoirs publics plutôt que de s’acharner à garder intact une assimilation, je dirai même une francisation, ayant des siècles de réussite, s’obstinent à utiliser ce qui ne marche pas. Ainsi, en 40 ans on a détruit les fondamentaux d’un pays près de deux fois millénaires. La prouesse est non-négligeable, à inscrire dans les annales.
L’indigène de France doit pour vivre heureux, se cacher et souvent perdre là où il est minoritaire ce qu’il est, il doit donc s’assimiler à celui qui vit majoritaire en France.
Un peu comme ce

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer