Pour le Mouvement Ecologiste Indépendant (MEI) les Jeux Olympiques de 2024 à Paris sont une aberration écologique, financière et démocratique inacceptable.
Les Jeux Olympiques de l’ère moderne du baron Pierre de Coubertin (ouvertement colonialiste, raciste et misogyne), loin de l’idéal affiché de paix et d’égalité entre les êtres humains, ont surtout servi d’instrument de propagande idéologique et permis aux Etats d’étaler leur puissance économique. La démesure même des dernières éditions les rend désormais totalement incompatibles avec les défis environnementaux et sociaux cruciaux auxquels l’Humanité est désormais confrontée.
La réalisation des infrastructures directement liées aux Jeux ou connexes (voirie) et les déplacements de millions de spectateurs attendus auront un coût énergétique et entraîneront des rejets de gaz à effet de serre inacceptables si l’Humanité veut maîtriser le réchauffement climatique dont on peut observer chaque jour les dégâts sur la Planète (tempêtes, inondations, …). Une grande partie des spectateurs ne viendra pas à pied ou à bicyclette ou même en métro pour assister aux compétitions mais viendra en avion de pays du Monde entier. Tout discours consistant à les verdir ne peut qu’être au mieux parfaitement hypocrite au pire un mensonge délibéré.
D’un point de vue financier on ne peut d’abord qu’être scandalisé par le fait qu’une grande partie de l’Humanité vit dans une misère absolue (misère qui avec la crise écologique ne pourra que s’étendre) alors qu’au même moment une autre partie de l’Humanité va s’amuser avec démesure. Le nombre de médailles attribuées sera d’ailleurs un bon indicateur du classement du pays le plus riche au plus pauvre. Mais il y a un autre problème qui se pose au pays organisateur : d’après une étude de l’Université d’Oxford « décider d’organiser les Jeux Olympiques revient à opter pour le projet le plus coûteux et le plus risqué qui soit », le CIO (Comité International Olympique) lui-même dans son analyse économique du mode d’attribution des Jeux démontre logiquement que « les dépassements de coût sont inéluctables, donc le déficit probable ».
Tous les pays organisateurs des Jeux ont sous-estimé leurs coûts et il en sera de même pour ceux de Paris. Londres (2012) avait prévu à l’origine 4,7 milliards de

  Source: m-e-i.fr  

Voir sur le site du Mouvement Ecologiste Indépendant