Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Florence Parly, ministre des Armées, est une enfoirée !
Florence Parly, ministre des Armées (changement sémantique d’importance, avant Macron on disait Ministre de la Défense…), est une enfoirée ! Oui, oui, je n’hésite pas à le dire, c’est une enfoirée et encore, je suis poli.
Qu’a-telle fait cette vérole ? Elle a tout simplement refusé le statut de  » Mort pour le service de la Nation  » à l’adjudant-chef François Woignier, décédé en service lors d’un exercice de préparation à une opération extérieure. Selon elle et contrairement à l’avis du chef de régiment auquel appartenait F. Woignier, « les décès lors d’exercices militaires ne sont pas couverts par ce statut ». Un statut qui permettrait à sa veuve de toucher une pension de réversion pleine et à son fils d’avoir accès à la mention  » pupille de la Nation », mention qui lui permettrait d’avoir une prise en charge intégrale de sa scolarité et de ses éventuelles études universitaires.
Si il est vrai que statutairement un militaire se tuant lors d’un exercice n’a pas accès automatiquement au statut de « Mort pour le service de la Nation « , depuis sa création en 2012, tous  les militaires décédés en service, au cours d’un exercice ou lors d’une opex par exemple, ont bénéficié de ce statut, telle était la volonté bien compréhensible du ministre de l’époque, Jean-Yves Le Drian. Car en effet, l’accès à ce statut, avantageux pour les veuves et enfants de militaires, est discrétionnaire: seul le ministre des Armées peut donner ou pas son aval quelque soit les avis formulés par la hiérarchie.
Alors qu’a fait à notre ministre l’adjudant-chef Woignier pour que celle-ci lui refuse ce statut ? Ben rien, on ne sait pas. Ah si, il est mort parce qu’un camion militaire l’a écrasé lors d’un exercice préparatoire à une opération extérieure. Il est vrai que si il n’y avait pas eu d’opex programmée, peut-être l’Adj. Chef Woignier n’aurait-il pas eu à faire cette exercice… Mais il l’a fait. Il s’est entraîné comme tout bon militaire se doit de l’être; être affûté, opérationnel en permanence. Et c’est parce que nos militaires s’entraînent

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer