Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Les conditions du départ de Muriel Pénicaud de chez Danone en 2014 interpellent. Ca explique le prix du pot de yaourt à la consommation.
La ministre du Travail du banquier Macron, Muriel Pénicaud, a encaissé des critiques sur sa méthode éclatée pour préparer les ordonnances sur la réforme du Code du travail. Les partenaires patronaux et syndicaux avaient nuancé les louanges tressées jour après jour par la presse macronienne.
Mais la sortie de Martine Aubry  – « On dit que je l’ai formée; moi, je l’ai trouvée déformée » – le 6 septembre sur France info, ternit quelque peu l’image flatteuse que l’Elysée entend lui accoler avec sa réforme dans les media.
Les révélations de Challenges sur les conditions de son départ de Danone, relativiseront encore la réalité de la super-DRH débarquant en politique.
Avec un portrait de la ministre à paraître le 7 septembre, le groupe Perdriel, autrement dit le groupe Nouvel Observateur -avec le groupe Le Monde – tente de se défaire des accusations de la Société des journalistes de Challenges qui dénonça le parti-pris du site internet en faveur d’Emmanuel Macron.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer