Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Le discret mais néanmoins ambitieux secrétaire d’Etat chargé du numérique Mounir Mahjoubi, âgé de 34 ans, apprenait-t-on dans le parisien au mois de juillet dernier, brigue la mairie de Paris, sur les conseils de son entourage.
Il cumule déjà les postes de député du 16e arrondissement de Paris (laissé depuis juillet 2017 à sa suppléante Delphine O), de chef d’entreprise et de secrétaire d’Etat. Rien que cela.
Ce jeune marocain atypique, puisque ce n’est un secret pour personne, est un homosexuel assumé, pro-LGBT et défenseur de la cause animale, pourrait-il avoir quelque chose encore de musulman vous demandez-vous sans doute ?
Il s’est pacsé avec son compagnon en 2015 et ne s’est pas privé de se fendre d’une annonce de l’événement sur son compte Instagram. Plus tard, il posera en petit couple pour Paris Match ; une première pour un membre du gouvernement.
On pourrait aisément supputer qu’il n’a plus rien de musulman, et même qu’il exècre son milieu familial, sa culture et sa religion. Une analyse superficielle des faits pourrait nous amener à inférer cela, effectivement.
Sauf qu’à y regarder de plus près, on peut remarquer que le hâbleur fut soutenu par le Maroc qui avait envoyé sa propre télévision pour filmer son élection à la députation.
Il avait également, en bon opportuniste, rallié à sa cause les propriétaires de chiens de sa circonscription en leur faisant miroiter des constructions (des parcs canins) qui, après un an, n’ont jamais été réalisés : la preuve en est qu’il est assez habile dans l’art de la stratégie électorale, la tâqîya ?
La perspective cauchemardesque d’un maire de Paris musulman n’est pas sans rappeler la situation britannique, où je le rappelle, Sadiq Khan, officie depuis maintenant 2 ans à la mairie de Londres.
L’Islam politique tisse sa toile en Europe en grappillant des bastions importants (quoi de plus important qu’une capitale ?). Chaque musulman (aussi modéré soit-il) étant, parfois à son insu, un maillon d’une chaîne qui les dépasse et ayant comme projet eschatologique l’instauration d’une charia mondiale.
Un scénario Houellebecquien se dessine-t-il à l’horizon ? Pour l’éviter, j’exhorte tous les Parisiens un tant soit peu attachés à l’identité de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer