Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Il y a chez certains intellectuels des grandes faiblesses, des lacunes ou des brisures insurmontables. De tous les temps, à chaque époque, nous retrouvons ce genre d’intellectuels qui ont une fascination pour le morbide, l’inconditionnel, le suicide et particulièrement celui des peuples et une envie de destruction du monde dans lequel ils vivent.
Nous les trouvons sous tous les régimes les plus terribles, à la naissance de ceux-ci également. Ils sont la source et bien souvent leurs théories les plus monstrueuses entraînent des milliers de morts. Les intellectuels sont à la recherche de leur identité sociale et poétique, ou de leur effacement, aujourd’hui comme hier, disait Pierre Naville. (Source)
Ils furent fascinés par les Lumières, la Révolution française, remplirent les rangs de toutes les républiques, et de toutes les révolutions qui les avaient précédées, ils donnèrent naissance au communisme au nom du peuple, au nazisme au nom de la race pure, au fascisme au nom du socialisme national, et ils continuent dans leur folie destructrice par l’immigrationnisme aujourd’hui, et l’islamisation des sociétés sans jamais s’excuser de leurs erreurs passées.
L’intellectuel ne s’excuse jamais. Il écrase de sa science, de ses réflexions tout début de débats et considère que vous ne pouvez avoir raison puisque vous n’êtes pas un intellectuel, ou alors un traître à exécuter. Relisons Hannah Arendt :
« En 1933, j’ai pu constater que chez les intellectuels l’alignement était de règle (mais pas chez les autres…) D’aucuns y ont cru vraiment ! Pas longtemps, certains pas longtemps du tout. Parce qu’ils avaient une théorie sur Hitler, des idées éminemment intéressantes, figurez-vous, des théories fantastiques, passionnantes, sophistiquées ! Des choses qui planaient bien au-dessus du niveau de réflexion habituel ! Pour moi c’était grotesque. Ces intellectuels ont été piégés par leurs propres théories. Voilà ce qui s’est passé en fait. »
Ce qu’elle écrivait pour les intellectuels de 1933, est encore valable pour tous les autres.
Nous avons eu les mêmes dans la Russie du Tsar, celle du roi d’Italie en 1921, et comme dit précédemment les mêmes sous le Maréchal Hindenburg. Nous avons aujourd’hui, sur nos plateaux de télévision, ces mêmes types d’intellectuels qui nous

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer