Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Ana Maria Hidalgo : cette métastase du socialisme rance rendit récemment hommage à un tortionnaire vicieux qui utilisait ses maigres connaissances médicales pour indiquer aux bourreaux comment faire souffrir plus intensément les condamnés à mort avant de les exécuter. « El Carnicerito » (le petit boucher, son surnom dans les prisons où il torturait) tua lui-même (archives documentées de la prison de La Cabana à Cuba avec les noms et les dates d’exécution) plus de deux cents prisonniers, sans jugement préalable. Il se justifiait en disant qu’il en avait reçu l’ordre écrit de Fidel Castro.
Ernesto Guevara a eu droit à une exposition à la mairie de Paris et à un discours dithyrambique où la migrante hispano-française fit un éloge appuyé de ce criminel psychopathe, qui écrivait à sa mère pour justifier la nécessité de « beaucoup tuer », et se vantait du plaisir qu’il trouvait à assassiner.
Et « elle » se permet de refuser l’enterrement au cimetière du Montparnasse de l’un des plus célèbres de nos académiciens, Michel Déon, parce qu’il était royaliste.
Atlantico a publié sur le sujet l’article suivant :
« L’académicien Michel Déon a eu le mauvais goût de mourir en Irlande. Ce qui fait que, selon les règles administratives, rien n’oblige la mairie de la capitale à lui accorder une sépulture dans un cimetière parisien. Rien n’oblige mais à cette règle, une municipalité a le droit de déroger en faisant des exceptions. Des exceptions qui concernent des cas particuliers. »
Des hommes et des femmes illustres. Des célébrités. « Des à qui » la nation est reconnaissante. Mais pas question de faire une exception pour Michel Déon.
L’homme, un des plus talentueux écrivains de l’après-guerre n’était pas fréquentable. Il était ardemment royaliste. Il appartenait à la bande des Hussards : Blondin, Nimier, Laurent… Et, crime des crimes, il fut un temps secrétaire de Charles Maurras !
L’auteur du Taxi Mauve avait demandé à être incinéré. Son urne funéraire se trouve au domicile de sa fille à Paris. Cette dernière, Alice Déon a invité la mairie de la ville à lui trouver une place au cimetière Montparnasse. Pas de réponse de la mairie. On n’allait quand même pas

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer