Partager sur Facebook
Twitter
Google +
En visite en France, le Saoudien retourne au bled ‘fissa’, ce jour…
Une association yéménite accuse le prince d’exactions dans le cadre de l’intervention militaire saoudienne contre les rebelles houthis.
Alors que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane est en visite officielle en France depuis dimanche, l’hôte de Macron fait l’objet d’une plainte déposée en France pour « complicité d’actes de torture », rapporte franceinfo mardi 10 avril. La plainte avec constitution de partie civile a été enregistrée lundi par les magistrats du pôle spécialisé sur les crimes de guerre du tribunal de Grande instance de Paris.

INFO FRANCEINFO. À quelques heures d’un dîner à l’Élysée, Mohammed ben Salmane visé par une plainte à Paris pour « complicité d’actes de torture » href=”https://t.co/4o11WO4Xlv”>pic.twitter.com/4o11WO4Xlv
— franceinfo (@franceinfo) 10 avril 2018
L’avocat pénaliste français Joseph Breham, qui représente l’association yéménite de défense des Droits de l’homme, est à l’origine de la plainte, précise franceinfo.
Selon lui, Mohammed ben Salmane s’est rendu responsable de « complicité d’actes de torture« dans le cadre de l’action de la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite contre les rebelles houthis au Yémen. Cette guerre a fait près de 10.000 morts depuis 2015, dont des milliers de civils, et provoqué ce que l’ONU qualifie de « pire crise humanitaire du monde« .
Le texte de la plainte accuse Ryad d’avoir « sciemment » attaqué des cibles civiles, notamment avec des frappes aériennes visant des camps de déplacés, des marchés, des hôpitaux…
La plainte évoque également l’utilisation d’armes à sous-munition, interdites par une convention internationale, que l’Arabie saoudite n’a cependant pas signée.
La plainte évoque enfin 18 centres de détention clandestins, « dirigés par les Émirats arabes unis ou par des forces yéménites ».
Macron a-t-il évoqué cette accusation avec le prince ?
La France, qui a ratifié la Convention contre la torture, a le droit et le devoir d’enquêter sur toute personne soupçonnée de ce type de crimesprésente sur son territoire, rappelle Joseph Breham.
Mohammed ben Salmane achève mardi sa visite officielle en France par une rencontre et un dîner avec le président Emmanuel Macron, qui souhaite définir un nouveau cadre stratégique pour sa relation avec cet acteur important au Proche-Orient.  
Macron a associé Saad Hariri, premier ministre libanais, aux discussions, lundi 9 avril à 18h, avant le dîner officiel. Les trois hommes devaient notamment évoquer « la stabilité

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer