Fin 2017, le magazine Auto-Plus estimait à 335 millions d’euros minimum le gain pour l’État grâce aux radars fixes situés sur les routes concernées. En effet, les zones de test à 80 km/h ont vu le nombre de véhicules flashés multiplier par 4.

Cette énième mesure anti-automobilistes est donc bien une escroquerie fiscale.    

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France