Le chef du gouvernement tchèque, Andrej Babis, a correctement qualifié la situation actuelle de l’Europe : une lutte pour la survie face à l’invasion complète du continent par les masses afro-islamique.

D’après Andrej Babis, les manifestations de Chemnitz dans l’ex-Allemagne de l’Est pourraient constituer un déclencheur en Europe. Face à la crise migratoire, la République tchèque ne veut toujours pas entendre parler de répartition européenne. Commentant les manifestations anti-immigration qui ont lieu dans l’est de l’Allemagne, le chef du gouvernement tchèque Andrej Babis s’en est vivement pris à la politique migratoire de l’Union européenne. « Chemnitz, est là, au coin de la rue ! », s’est-il exclamé le 2 septembre sur un plateau de télévision tchèque, cité par le média Parlamentni Listy. « J’ai expliqué en long et en large qu’il s’agit d’un combat pour préserver notre civilisation européenne et notre culture. Nous ne voulons pas vivre en Afrique ou au Moyen-Orient », a-t-il poursuivi, dénonçant les efforts menés par la Commission européenne pour faire accepter par Prague l’accueil de migrants. L’État français, parfaitement conscient de cette réalité, a choisi le camp des envahisseurs, espérant en prendre la tête contre l’Europe et renouveler son poids politique de cette façon. La France n’est plus un État européen mais un État créole d’inspiration socialo-marxiste. Source : http://breizatao.com

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France