Faut-il se réjouir que cent intellectuels, derrière Alain Finkielkraut, Bernard Kouchner, Luc Ferry, Elisabeth Levy ou Bernard de la Villardière aient signé une tribune dénonçant le « séparatisme islamiste » ?

Parmi les pétitionnaires, il y a des personnes fort respectables et courageuses : Waleed Al Husseini, Georges Bensoussan, Rémi Brague, Pascal Bruckner, Gilles-William Goldnadel, Jean-Pierre Le Goff, Barbara Lefebvre, Anne-Marie Le Pourhiet, Juliette Minces, Robert Redeker, Ivan Rioufol, Boualem Sansal, Pierre-André Taguieff, Maxime Tandonnet, et et j’en oublie sans doute. La présence de Bernard Kouchner, un des principaux responsables de la situation dramatique de notre pays, est pour le moins surprenante. Quant à celle d’Antoine Spire, vice-président de la Licra, elle est tout simplement incongrue, quand on connaît le palmarès de cette officine dite antiraciste, qui a traîné devant les tribunaux tous ceux qui ont osé s’attaquer à l’islamisation de la France, dont Georges Bensoussan. C’est à Spire et à ses copains que je dois, dans quelques heures, de me retrouver à nouveau devant un tribunal, en Cour d’Appel. Ce sont les mêmes qui ont fait condamner Christine Tasin pour avoir scandé « Islam assassin » au lendemain de l’assassinat des deux gendarmes de Magnanville. Et combien d’autres innocentes victimes de la répression judiciaire qu’ils orchestrent depuis plus de vingt ans ! Permettre au vice-président de la Licra de signer une tribune contre le séparatisme islamiste, c’est aussi incongru qu’autoriser Alain Soral à signer un texte luttant contre l’antisémitisme ! Au-delà du nom des signataires, que nous disent ces pétitionnaires ? C’est d’abord un texte de gémisseurs. Ils constatent, malheureux, que ce qu’ils appellent « le séparatisme islamiste », incapables qu’ils sont de prononcer le mot « islam », gagne du terrain, et se pose en victime de la société. Ils déplorent que certains veuillent donner une place spéciale à l’islam, au nom des privilèges réparateurs à accorder aux « dominés ». Ils s’inquiètent d’un nouvel apartheid qui menace de diviser la France. Ils ont une pensée pour les hommes et les femmes qui, de culture arabo-musulmane, veulent que les lois de la République les protègent des « séparateurs islamistes ». Ils nous font une leçon de catéchisme sur

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France