Partager sur Facebook
Twitter
Google +

On en revient toujours aux fondamentaux. La création d’un service national universel est une décision, de toute évidence, absurde. Le jeunes de 16 ans auront l’obligation de passer un mois en « internat ». L’idéologie sous-jacente: les forcer à « vivre ensemble ». Le service militaire de jadis avait un sens: préparer la nation à défendre son territoire.
Aujourd’hui, cette mesure est privée de sens. Personne n’a la moindre idée de la manière dont ces jeunes seront occupés: sport? exercices de secourisme? simple colonie de vacances? La mesure est absurde, au sens philosophique du terme: vide de signification, sans objectif.  Elle est tout dans l’affichage, dans l’enveloppe, l’apparence: il faut montrer que l’on fait quelque chose. Elle dénote, une fois de plus, le mépris de la caste dirigeante pour la population: l’idée est de créer une contrainte bureaucratique pour les jeunes de 16 ans. Peut-être ont-ils mieux à faire: job d’été, études, voyage… Peu importe: des palais et bureau parisien, on sait mieux ce qui est bien pour eux. De fait chacun sait que l’effet « intégrant » d’un mois enfermé dans un internat, sera absolument nul. Il est mensonger de faire croire qu’on éduque ou rééduque une personne en un mois. Un mois enfermé en internat: quel peut être l’effet sinon de renforcer le dégoût envers la bureaucratie française? Cette mesure aura un coût astronomique: trouver les locaux, recruter l’encadrement pour des centaines de milliers de personnes – de fait toute une classe d’âge. 3 milliards par an selon le Figaro. Voilà bien à l’oeuvre l’idéologie socialiste et étatiste: faire le bien des autres, contre leur gré, en engendrant une contrainte bureaucratique absurde: dépourvue de sens.
« C’est gratuit, c’est l’Etat qui paye ». Mais surtout, il faut y voir l’absurdité d’un régime politique à bout de souffle, le présidentialisme forcené, cette honteuse trahison de l’esprit de la Ve République. Toutes les démagogies sont permises pour être élu, à n’importe quel prix. Puis, comme la réélection est le but suprême, métaphysique, l’idéal absolu, la seule chose qui compte, par dessus toute considération d’intérêt général, est d’auto-sublimer l’image personnelle. Dès lors, il faut donner l’illusion

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer