Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Alors que François Hollande tenait, en public, toujours le même discours lénifiant et la même politique laxiste vis-à-vis de l’immigration, il s’était allé, dans son scandaleux livre d’entretien, à une confidence en parlant de l’immigration :
« Tout ça finira par une partition ! »
Il aura donc eu, une fois dans son quinquennat calamiteux, un instant de lucidité ! Sauf que la partition … Elle est déjà commencée !
Ce sont des politiciens comme lui qui porteront la lourde responsabilité d’une éventuelle guerre civile en France. Car ne nous y trompons pas, avant que le « Grand remplacement » que certains ont pronostiqué, soit achevé, les « Français de souche » se révolteront.
Je vous recommande la lecture – glaçante – de l’article suivant extrait du dernier numéro de Valeurs actuelles. Une institutrice lance un cri d’alarme en voyant beaucoup de parents musulmans donner la priorité à l’étude du Coran par rapport à l’éducation générale. La première se faisant au détriment de la seconde, et donc au détriment de l’intégration de leurs enfants.
Loin des regards du monde politique, des parties entières du territoire font lentement sécession. Un processus inquiétant qui se manifeste dès l’école. Témoignage.
C’était une fin de journée d’automne. Hélène, une institutrice chevronnée, raccompagnait chez eux quelques élèves de la cité voisine. « Je my revois encore, raconte-t-elle. J’étais au coin de cet immeuble quand j’ai entendu qu’on m’appelait : « Madame la maîtresse, madame la maîtresse. » Je me suis retournée, j ‘ai vu deux petites filles voilées. J’ai dû faire un effort pour les reconnaître. C’était deux de mes élèves. Je leur ai demandé pourquoi elles étaient voilées puisqu’elles ne l’étaient jamais en arrivant à l’école.  Elles m’ont répondu qu’elles allaient assister à leur cours d’arabe. »
La scène s’est déroulée dans une cité d’une petite ville au nord de Paris. On y arrive par le train. Dès la sortie de la gare, le regard découvre les magasins fermés, les stores baissés et l’impression que l’activité qui subsiste malgré tout a changé de visage : enseignes de restauration rapide, maisons à vendre, boutiques de téléphonie, supérettes bas de gamme, coiffeurs exotiques … Dans la rue, on croise des groupes de jeunes, maghrébins ou turcs, beaucoup d’Africains aussi, et des jeunes filles voilées.
Cette ville parmi les plus pauvres de France, compte une cité qui a longtemps défrayé la chronique avant d’être l’objet d’un programme de réhabilitation qui, si elle

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer