Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Il y a bien des sujets sur lesquels nous marchons sur la tête. Malheureusement, l’éducation en fait partie, avec les expérimentations folles des pseudo-pédagogistes qui déconstruisent tout ce qui marche, au nom d’une idéologie pour laquelle tout ce qui serait nouveau serait meilleur, et qui, à force de demander toujours moins et de changer les méthodes, aboutissent à un effondrement du niveau.
La course vers le moins-apprenant
Les fous qui gèrent nos programmes croient bon de toujours réduire leurs exigences et de pousser à de nouveaux apprentissages, au détriment des bases. A force de vouloir apprendre en jouant, de passer le temps avec des activités plus ou moins utiles (quand elles ne contribuent pas carrément à affaiblir la République, en la communautarisant), le résultat est là. Ils pensent camoufler leurs méfaits en notant toujours plus large, le baccalauréat devenant de plus en plus une formalité, la mention très bien valant moins que la mention bien d’il y a une génération. Mais parfois, la réalité nous rattrape, comme avec cette dictée où les enfants font 70% de fautes de plus que leurs parents à leur âge…
<script src=’ src=’
Malheureusement, cette détérioration est globale. Jean-Paul Brighelli s’alarme du fait que les enfants ne savent plus faire une division, alors même que l’enseignement de la division est débattu dans les Cahiers Pédagogiques. Et outre la baisse du niveau en calcul, on constate également des difficultés grandissantes pour écrire (10 à 30% des élèves), du fait de la réduction du temps consacré à cet apprentissage et de la formation limitée des enseignants. Mais si la Finlande ou les Etats-Unis ne voient pas le problème et abandonnent l’écriture cursive, certains soulignent que cela est une perte critique dans la structuration de l’apprentissage de la langue pour les élèves…
Encore une fois, nos politiques ont abandonné les citoyens, refusant de voir la réalité de la baisse du niveau tout en laissant faire des réformes qui ne font que prolonger les réformes précédentes qui avaient pourtant produit ces résultats désastreux. A quand une reprise en main ?

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer