Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Deux arrogants de moins à l’Assemblée nationale !
Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a qualifié cette double victoire de « désaveu » pour le chef de l’Etat.
C’est une double victoire pour Laurent Wauquiez et Les Républicains (LR) et un échec pour La République en marche (LREM), dans le Val-d’Oise et à Belfort après avoir remporté le second tour des élections législatives partielles : un carton plein !
Ian Boucard (Les Républicains), dont l’élection avait été invalidée en décembre, a été élu député de la 1re circonscription de Belfort – en terres socialistes – avec 58,93 % des voix au second tour face à un membre du Bureau exécutif national du MoDem, le candidat MoDem-LREM Christophe Grudler (41,07 %),  a validé la préfecture.
Le parti a ensuite annoncé la victoire d’Antoine Savignat dans le Val-d’Oise  avec 51,45 % des voix, face à la concurrente LRM, Isabelle Muller-Quoy (48,55 %).
Un « message clair » et un « désaveu » adressés par « la France du réel » à Emmanuel Macron et au gouvernement
« Les victoires de ce soir marquent une étape importante dans le renouvellement et la reconquête menés par notre famille politique », a encore ajouté Laurent Wauquiez, le président de LR, après ce qui apparaissait pour nombre d’observateurs comme un premier test pour le pouvoir macronien, près de neuf mois après l’élection d’Emmanuel Macron.
La citation exacte et complète qu’a tronquée Le Monde est la suivante
« La France du réel s’est exprimée ce soir: malgré huit mois de communication mensongère, les électeurs ont envoyé un message clair à Emmanuel Macron et au gouvernement. C’est un désaveu qui sanctionne sévèrement la politique du gouvernement« , a déclaré le président de LR.
A Belfort, c’est une « belle victoire pour notre famille politique, non Les Républicains ne sont pas morts », a commenté Ian Boucard. « Les Terrifortains ont dit non à la hausse de la CSG, non à la hausse du [prix du] carburant », a-t-il poursuivi, soulignant que cette élection a la dimension d’un « enjeu national ». Ian Boucard, 29 ans, suppléé par Damien Meslot, ancien député et actuel maire de Belfort, avait terminé, aux élections législatives de 2017, en tête au premier tour, recueillant 39 % des voix, soit 12 points de plus que son adversaire centriste Christophe Grudler (26,7

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer