Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Les libéraux se déchaînent contre les souverainistes, contre ceux qui voient dans la sortie de l’Union Européenne, une salutaire porte de sortie de cette prison pour les citoyens.
Le chroniqueur du Figaro Nicolas Baverez persiste est signe sur sa vision des peuples à travers celui de la finance, et de l’économie. Lors d’un précédent article, je faisais part de ma pensée sur ce socialo-libéral et le pédigrée de ce monsieur: né le 8 mai 1961, essayiste français , avocat depuis 1998, ancien élève de l’École normale supérieure et de l’École nationale d’administration  et docteur en histoire , agrégé de sciences sociales. Fermé le ban. Fort de ses qualités, et de son planeur social, celui qui lui permet de survoler les réalités sociales et sociétales des gens d’en bas, des sans dent, il se fend d’une nouvelle chronique disant tout le mal qu’il pense du Breixit et de ceux qui aurait le tort d’imaginer une sortie de l’Union Européenne.(Figaro du 13 mars 2017) (Lire le précédent article)
6 points forts de sa critique.
Le premier: est que la Grande Bretagne va se planter car elle aurait les bras trop petits pour faire face à une union Européenne bien plus puissante économiquement à travers les échanges économiques. Pas un mot sur la volonté assumée du peuple britannique, ni sur ses résultats actuels, et encore moins sur sa surface économique avec le Commonwealth qui comprend l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Canada et bien d’autres pays majeurs en terme d’économie.
<script src=’ src=’
Le deuxième: les affres futures des sujets britanniques face à la note finale à payer à l’Union Européenne : paiements des engagements financiers à l’UE, régime commercial, régulations financières, droits de citoyens, et menacent sur Gibraltar, Chypre, Irlande du Nord, Ecosse et que sais-je encore. Une série d’épouvantails. Toujours pas l’once d’une pensée envers les citoyens britanniques, pris collectivement pour des abrutis, pas plus sur leur souveraineté, la démocratie et la volonté d’un peuple.
Le 3iém: fait pour terrifier tous ceux qui penseraient que ce serait bien de sortir de l’Union Européenne. Cataclysmes en chaîne: dévaluation de la monnaie, inflation,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer