Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Si elle dit vrai, elle ne tentera pas de revenir en France avec ses enfants

L’islamiste s’est toutefois exprimée au micro d’Europe 1
 
La haine de Dorothée Clain reste intacte : elle boude la France. Malgré les apparences, elle n’est pas afghane, mais l’épouse française du djihadiste français Jean-Michel Clain tué en Syrie deux jours après son frère Fabien, tous deux Réunionnais, et elle n’exprime aucun signe de repentance, assurant vouloir désormais faire « tranquillement » son deuil du père de certains de ses enfants.

Au milieu d’une cohorte en débandade d’épouses de djihadistes de Daesh depuis les bombardements et les combats victorieux menés par la coalition sur le village syrien de Baghouz, Dorothée Clain accorde des entretiens à la presse, assise sur une couverture.Autour d’elle, une dizaine de femmes aux voiles couverts de poussière s’assoient à même le sol avec leurs enfants faméliques. Sur 90 personnes, les deux tiers sont âgées de moins de cinq ans…

L’ascension de son mari Jean-Michel Clain et celui de son beau-frère Fabien Clain, ci-contre, né chrétien à Toulouse, converti en 1996 (sous l’influence de sa sœur Anne-Diana mariée à un Tunisien, comme ses deux sœurs Fatima et Khadija, dont l’une épousera le djihadiste Mohamed Megherbi capturé en Syrie par les Kurdes le 13 décembre 2017) et surnommé Omar ou Abou Adam Al-Faransi, qui comptaient parmi les Français les plus hauts-placés dans l’appareil de propagande de Daesh, confère à Dorothée Clain un statut particulier. Fabien et Jean-Michel épousent des converties à l’islam entièrement voilées. L’époux de la blonde Dorothée était notamment l’auteur d’une chanson de propagande du califat, qui appelait à tuer tous les Français. Quant à Fabien Clain, c’est lui qui avait prêté sa voix à l’odieuse vidéo de revendication des attentats sanglants de Paris, le 13 novembre 2015:

une série de fusillades et d’attaques-suicides islamistesperpétrées dans la soirée à Paris et dans sa périphérie par trois commandos distincts, en Seine-Saint-Denis, aux abords du Stade de France, et dans plusieurs rues des 10e et 11e arrondissements, où trois individus mitraillent des terrasses de cafés et de restaurants. L’attaque la plus longue et la plus meurtrière eut lieu dans la salle de spectacle du Bataclan où 1.500 personnes assistaient à un concert et où trois autres djihadistes ouvrirent

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer