En deux semaines, l’administration Trump a défendu 5 positions différentes sur la Syrie : Jusqu’au 30 mars 2017 Elle considérait que le président Bachar el-Assad avait été élu par ses concitoyens et était donc légitime au pouvoir. Le 30 mars 2017, son ambassadrice aux Nations unies, Nikki Haley, confirmait que la priorité des États-Unis n’était plus de renverser le président syrien. Les 5 et 6 avril 2017 Après l’attaque chimique de Khan Sheikhoun, le président Trump et son secrétaire d’État Rex (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire