Partager sur Facebook
Twitter
Google +
La maison de famille de Brigitte Macron sera-t-elle plus exposée ?
Les CRS ne seront plus astreints à la surveillance de la villa Trogneux occupée par les Macron au Touquet
Les fonctionnaires, qui avaient protesté à plusieurs reprises contre leurs conditions de travail, ont obtenu gain de cause. Avec  une charge de vingt kilos d’équipement, sans guérite pour s’abri­ter du froid, du vent et de l’humidité du Pas-de-Calais, ni ac­cès à des toilettes, les condi­tions de travail des CRS char­gés de la surveillance perma­nente sont relativement diffi­ciles.
Les fonctionnaires chargés jusqu’ici de la garde statique aux abords de la villa de l’avenue Saint-Jean, quitteront la station balnéaire le 20 février, précise La Voix du Nord qui confirme une information rapportée par Le Point.
Il faut d’ailleurs noter que le couple Macron passe bon nombre de ses week-ends à l’étranger et que, quand il n’est pas présent à l’Elysée ou dans les Pyrénées, au Touquet il préfère souvent des anciennes résidences royales, Versailles ou Chambord.
La présence des CRS devant la villa du couple présidentiel suscitait de l’inquiétude depuis l’an dernier.
En août dernier, pour ne pas effrayer plus longtemps les riverains et les vacanciers ou vacanciers, la préfecture avait décidé de priver les CRS de leurs fusils d’assaut HK G36 et de leurs gilets pare-balles lourds et mis en situation de vulnérabilité. Certains commerçants de ce quartier du centre-ville s’étaient plaints de leur apparence anxiogène pour les clients.
Après intervention du syndicat UNSA-police, ils n’avaient pas pu retrouver ces équipements avant octobre.
Puis, en décembre, les CRS avaient demandé à pouvoir s’abriter derrière une guérite pour se protéger des intempéries. Unsa-police avait auparavant fait annuler une sanction décidée contre l’un des CRS qui s’était abrité dans un véhicule lors d’un épisode très pluvieux.
Mais ils seront remplacés par des gendarmes mobiles… 
La médiatisation de ces épisodes auraient irrité Jupiter et conduit à la décision de la préfecture de réduire les perturbations de la vie locale. C’est en tout cas ce que suggère le syndicat UNSA.
Les fonctionnaires de la Police Nationale qui surveillaient la résidence secondaire des Macron au Touquet (Pas-de-Calais) vont être remplacés par des gendarmes. « L’arrivée de la gendarmerie s’effectue dans le cadre de la rotation normale des forces de sécurité en charge de dispositifs de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer