Propos hallucinant de Laurence Rossignol, sénatrice de l’Oise, lors de la discussion de la proposition de loi contre les écoles libres hier au Sénat :

« Le contrôle des établissements hors contrat est une question régalienne. Le précédent gouvernement avait d’ailleurs pris des dispositions dans le projet de loi Égalité et citoyenneté, que le Conseil constitutionnel a retoquées pour des questions de forme. Si je ne suis pas une observatrice acérée du nouveau monde, je sais que le monde de 2018 n’est pas celui de la loi Debré de 1959. Les parents ne peuvent priver leurs enfants de ce à quoi ils ont droit. Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents ; l’éducation consiste à les porter hors de leur foyer. Je l’ai déjà dit – cela a fait le buzz médiatique – et je l’assume : les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. » Les enfants n’appartiennent pas non plus à L’État. Néanmoins, ce sont les parents qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants, pas L’État, qui est là pour suppléer, selon le principe de subsidiarité, en cas de disparition ou de défaillance grave des parents. Les autres pays où l’Éducation nationale est une question régalienne sont l’URSS et la Chine communiste… Laurence Rossignol doit sûrement regretter le bon vieux temps de l’URSS où les enfants étaient invités par leurs instituteurs à dénoncer leurs parents s’ils n’étaient pas de bons soviétiques. Source : http://lesalonbeige.blogs.com

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France