Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Indécent bras de fer en temps de votes d’économies demandées aux institutionnels
Président en exercice, François de Rugy prône le statu quo…
Le serrage de vis budgétaire épargnera-t-il les serviteurs de la République au Palais Bourbon ?  La fonction de président de l’Assemblée nationale n’est pas bénévole… Le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, a engagé un bras de fer avec le Premier questeur de l’Assemblée nationale, son grand argentier, Florian Bachelier : conflit d’intérêts ?
Théoriquement d’accord sur la nécessité de reviser à la baisse les dépenses de la Chambre basse pour faire des économies, les deux macroniens divergent dans la pratique sur l’usage des fonds dégagés.
Florian Bachelier a soulevé un vent de colère en affirmant sa volonté de restituer  à l’Etat « une partie des sommes économisées ».
Ce week-end, le député d’Ile-et-Villaine, un avocat d’affaires, a réservé à la presse (JDD/ Le Parisien) l’annonce de son intention de revoir à la baisse le budget annuel de 550 millions d’euros de l’Assemblée, mettant ainsi le feu aux poudres.
« Je n’ai pas été élu sur un mot d’ordre de baisse des dotations de l’Etat », rugit Rugy dans Libération. Et de prétendre : « Il suffit de comparer avec les Parlements de nos voisins pour comprendre que l’Assemblée n’est pas surdotée. »
Un vif désaccord sur fond de lutte d’influences.
Primo-député d’Ille-et-Vilaine, Florian Bachelier, est un protégé de Richard Ferrand, marcheur de la première heure et patron des députés LREM, lequel a le plus grand respect des deniers de l’Assemblée, lui qui y a embauché son propre fils comme collaborateur parlementaire (Émile Ferrand, durant cinq mois pour 2.222 euros, quand le SMIC s’élevait à l’époque à environ 1.133 € par mois ). Selon France Info, le cabinet du père le justifia en ces termes: « En Centre-Bretagne, ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur Internet »…
Richard Ferrand caresse l’espoir qu’à mi-mandat, il remplacera au perchoir un Rugy supposé élu pour la totalité de la législature…
Mercredi, le bureau de l’Assemblée devrait donc être le théâtre d’une passe d’armes à fleurets mouchetés.
La chasse

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer