Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Les journalistes sont tellement malhonnêtes, hypocrites, stupides aussi pour croire que les Français, à l’ère internet, ont encore la mémoire courte, qu’ils vous diront les yeux dans les yeux qu’ils sont restés totalement neutres durant la dernière présidentielle française.
Selon Ipsos, la popularité d’Emmanuel Macron continue de s’effriter. Elle est tombée à 32%. Ce mauvais score rappelle évidemment celui de François Hollande (26%), lui aussi chouchou des médias. Un persiffleur constaterait vite que les élites ont du nez pour les bras cassés.
Le désastre Macron rappelle surtout que les médias, qui manipulent l’opinion pour faire élire le candidat qu’ils choisissent – et ils choisissent toujours des tocards – ne comprennent rien à l’économie, rien à la politique étrangère, rien à la société, et surtout, rien au monde qui les entoure, un comble pour ceux qui sont sensés l’expliquer.
En voulez-vous une preuve ? Elle s’appelle Donald Trump. En plein scandale fabriqué par les médias autour de sa rencontre avec Poutine, sa cote de popularité a encore monté, pour atteindre maintenant 45% selon le dernier sondage du Wall Street Journal (1).
Et vos journalistes français disent de Trump que c’est un taré.
Pour être plus précis, si les médias encensent Macron alors que ses résultats ne sont pas au rendez-vous – sauf à la rubrique scandale d’Etat – et enfoncent Trump qui a ramené le taux de chômage au niveau de 1969, sur quels critères se basent-ils pour accorder leurs satisfecit ?

Pas sur la popularité du président.

Pas sur sa réussite économique.

Pas sur le taux de chômage.

Pas sur les avancées en politique étrangère.

Alors quoi ? Alors rien.
Les journalistes ne se basent sur rien. Ils n’ont aucune logique, aucun argument, ne s’appuient sur aucun fait, pour décerner des compliments et des blâmes. Juste leur idéologie, qui les dirige constamment vers les mauvais choix.
Sur Lepolitique.fr (2), une certaine Claire Beauchamp présente un instantané assez juste de la situation française (par contre, sur Trump, elle est complètement à la masse) :
« Le « Mozart de la finance » et « l’excellent ministre de l’économie » devenu président de la République est mis en

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer