Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Ils sont forts ces ministres LREM (Les Ripoux En Marche) « macro-escronomiques ». Ils lancent des promesses que ceux qui les reçoivent en sont tout ébahis, mais jamais contentés.
(Le) Castaner promet des baisses d’impôts pour … 2018, voire 2019, c’est-à-dire aux calendes grecques !! Et savez-vous pourquoi ? (et bien je vais vous l’dire) Parce que l’affabulateur qui nous gouverne, pas (le) Philippe, non, le polchinello macrone© , ci devant conseiller de François la faillite, (re)ci devant ministre de l’économie connaissait déjà, lorsqu’il s’est engagé dans la course au plus menteur, que l’ex ministre Sapin (dont on fait des cercueils pour CONtribuable) affublé de son ex secrétaire d’état (le gros) Eckert (nouvellement prof de math, le veinard), ces deux loustics, avaient trafiqué les comptes de la Nation en « oubliant » quelques 8 milliards qui s’ajoutent au déficit actuel et qui, par effet de conséquences, font que toutes les promesses de baisse d’impôts ne seront pas tenues.
Et voilà qu’un autre ministricule de circonstance (le) Hulot, pas celui qui a pris des vacances éternelles, non, Nicolas, qui, pour nous desservir, nous prive, par une prise de position unilatérale, du potentiel d’hydrocarbures nécessaires à l’indépendance énergétique du pays !! Le monsieur Hulot de la transition escrologique, qui se prenant pour Don Quichotte de la Mancha croient pouvoir fournir en électricité tout le pays grâce à ses moulins à vent ; ces éoliennes qui comme les moulins tournent grâce au vent et quand il n‘y en a pas (du vent), point d’électricité. Grace à ses milliers d’hectares de panneaux solaires, pris sur le patrimoine agricole, il compte sans doute pallier le manque à produire des éoliennes !! Sauf que, pas de soleil, pas d’électricité non plus !! Et comme il compte réduire le nombre de centrales nucléaires, il remettra en service les centrales thermiques alimentées par le carburant acheté à l’étranger, ou encore … les centrales à charbon !!

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer