Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Aucun suspense contrairement à ce que la pressaille avait annoncé, en revanche logorrhée a éructé 18 minutes, banalités soporifiques et creuses. « J’écouterai, je respecterai, je ferai (…) 2018 sera à mes yeux la cohésion de la nation (…) demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour votre pays (…) je veux miser sur la fraternité (…) J’ai besoin de votre engagement. (…) J’ai besoin de vous, blablabla », dixit sa « Saigneurie » en son palais qui a sorti son violon pour jouer sur la corde sensible de ceux qui ne sont rien, SON PEUPLE, avec en gros plan, le tableau « fraternité ».
Sa définition de lui-même : mégalo impuissant ! Je m’aime  admirez-moi  JE JE JE JE 
La publicité mensongère, matière dans laquelle il excelle le mieux. Demander aux autres de FAIRE à sa place alors que Jupiteux ne FAIT que pour lui ! L’épiphanie, il y aura une couronne, il nous annonce la venue d’un an pire, il pourra se couronner tout seul, couronne de pacotille pour un « président » de pacotille, l’Empereur Vespasien…
« Pipi de chat et en même temps poudre de perlimpinpin », le macronisme se paie uniquement de mots, ça fait « intello » : « Grammaire de la paix » concernant le terrorisme, « colloque intime » à propos de notre relation avec l’Allemagne, « socle de notre imaginaire » au sujet de la culture française. Ah, le verbe FAIRE qu’il agite à toutes les sauces sans rien faire, juste brasser de l’air qui pour lui est déjà « faire ». Il a fait lors de ses voeux, un navet. Il s’aime tellement Narcisse qu’il ne fait que parler de lui, il adore s’écouter. Son horizon ? Son nombril, il fait du footing autour. Monologue amphigourique. « Permettre non pas d’adapter notre pays aux changements du monde, mais lui permettre d’être ce qu’il est ». Comme l’aveu, lors de ces vœux, d’une permanence de l’identité française qu’il niait, lui qui veut dissoudre la France dans l’Europe et le mondialisme !
Mégalo impuissant, tout va bien  je suis le meilleur  le plus

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer