7 ans après l’intervention militaire de l’Otan contre la Libye, tous les observateurs s’accordent à reconnaître qu’elle était fondée sur d’énormes mensonges et contrevenait au mandat du Conseil de sécurité. Si les Occidentaux reconnaissent désormais que la population de ce pays était la plus riche d’Afrique et que son niveau de vie s’est effondré provoquant son exil massif, ils ne sont pas encore conscients que Mouamar Kadhafi y avait vaincu l’esclavage et le racisme. En détruisant l’État, l’Otan a délibérément ouvert les portes de l’enfer. Non seulement les travailleurs immigrés noirs ont été persécutés, mais aussi les citoyens libyens noirs de Tawergha. En outre, l’œuvre de la Jamahiriya de coopération africaine entre Arabes et Noirs a été réduite à néant dans l’ensemble du (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire