Benoît-et-moi a traduit un article éclairant de La Bussola sur les événements à Charlottesville. Extraits :

“Les faits en bref: à Charlottesville, dans une manifestation d’extrême droite, commencée vendredi soir, et qui incluait aussi le Ku Klux Klan, les anti-fascistes américains ont réagi avec des contre-manifestations. Samedi matin il y a eu une escalade. Le cortège antifasciste s’est heurté à des militants de droite, malgré les efforts de la police (qui a dû annuler les permis de manifester). En fin de compte, on a enregistré 15 blessés des deux côtés. Mais à 2 heures de l’après-midi, heure locale, une voiture conduite par un jeune de vingt ans, un certain James Fields, s’est lancée à toute vitesse contre la marche antifasciste, avec l’intention claire de provoquer un massacre. C’est un acte de terrorisme intérieur. Une femme de 32 ans, Heather Heyer est la victime. 19 autres manifestants ont été blessés. Les médias pointent du doigt Trump. Ils l’accusent explicitement de ne pas avoir condamné sans équivoque l’extrême-droite. Considérant que la victime était dans un cortège de gauche, cette accusation des médias contre Trump est pertinente. La presse accuse également Trump d’avoir dédouané l’extrême droite et donc d’être implicitement responsable de l’affrontement mortel de samedi. Mais c’est hors-sujet. La cause de la violence est antérieure à l’administration Trump. L’origine du conflit est un monument. A Charlottesville, on a proposé d’enlever la statue équestre du général Robert E. Lee, commandant en chef l’armée du Sud dans la guerre de Sécession (1861-1865). C’est depuis avril que la droite locale protestait contre cette idée. Dans la manifestation de vendredi, la droite, réunie sous le sigle Unite the Right, émanation de la Alt Right (la droite, organisée notamment sur Internet, qui a soutenu la campagne de Donald Trump), avait l’intention initiale de défendre la liberté d’expression. Toutefois, à la fin, on n’a pas beaucoup vu de liberté, et en compensation, le cortège s’est rempli de néo-nazis, du Ku Klux Klan et de suprémacistes blancs. De l’autre côté de la barricade s’étaient donnés rendez-vous, venant de toute l’Amérique, des mouvements d’extrême gauche et Black Lives Matter, la version

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France