Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Dans son livre « L’Histoire des Banques Centrales & de l’Asservissement de l’Humanité », Stephen Midford Goodson cite cette phrase de Nathan Rothschild : « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation et je me moque de qui fait les lois. La minorité qui comprend le système sera soit si intéressée par ses profits ou si dépendante de ses faveurs qu’il n’y aura jamais d’opposition de la part de cette classe sociale ».
Cette phrase date de 1815. Elle est toujours d’actualité. Tout le système financier et monétaire mondial, basé sur l’émission de monnaie fiduciaire en contrepartie d’une dette d’État ne peut se faire que parce que quelqu’un, in fine, pourra garantir que les dettes pourront être remboursées. Vous devinerez vite qui est ce « quelqu’un »…
Sans impôt, pas de Banque Centrale
L’histoire de la création de la Réserve Fédérale est le meilleur exemple. Lorsqu’en 1910 un certain nombre de banquiers européens et américains se réunirent secrètement en vue d’élaborer ce qui allait devenir en 1913 le « Federal Reserve Act », la phase finale d’une lutte secrète entre les grandes banques et le peuple américain, commencée avant même la guerre d’indépendance, allait se jouer. Ce principe même de création monétaire basée sur la dette avait déjà été introduit en 1694, notamment en Angleterre, par un groupe de banquiers privés. Suivant le vieil adage « on ne prête qu’aux riches », la solvabilité d’un État (quel qu’il soit) ne pouvait être garantie que par la richesse possédée par cet État. La meilleure source étant la plus fiable, les banques centrales s’arrangèrent pour que la collecte de l’impôt soit obligatoire, de façon à garantir les dettes d’État.
Aux États-Unis, le peuple était majoritairement hostile à l’établissement de l’ « impôt fédéral ». Celui-ci fut créé presque en même temps que la FED, dans le texte de loi nommé « Federal Reseve Act » adopté par le Congrès le 23 décembre 1913.
Le consentement à l’impôt, essentiel pour la démocratie
La chronologie est importante. L’idée d’un impôt fédéral aux États-Unis fut avancée pour la première fois en 1909 par le Président William Taft. Si les grands industriels du Nord-Est (véritables “maîtres” des États-Unis) étaient opposés à

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer