Nouvelle ingérence du Vatican dans les affaires d’un pays européen au profit de l’islamisation. Cette fois-ci la campagne de subversion concerne l’Islande, un pays non-catholique qui n’est même pas membre de l’Union Européenne.

Un projet de loi déposé jeudi 1er février au parlement islandais relance le débat sur la pratique de la circoncision. Proposé par quatre partis du centre et de la gauche – représentant 46 % des 63 sièges du parlement islandais –, le texte vise à interdire la circoncision non-médicale chez les garçons avant l’âge de 18 ans. Il propose une peine d’emprisonnement maximale de six ans pour toute personne qui causerait des dommages au corps ou à la santé d’un enfant en « enlevant des organes sexuels en totalité ou en partie ». La circoncision y est présentée comme une atteinte aux droits de l’enfant puisqu’elle exposerait, selon le texte, à des infections et causerait des « douleurs considérables ». La commission des épiscopats de la communauté européenne (Comece) a réagi dans un communiqué publié mardi 6 février. « La criminalisation de la circoncision est une mesure très grave qui suscite de profondes inquiétudes », a écrit son président, le cardinal Reinhard Marx. « Ce projet de loi constitue une dangereuse atteinte à liberté de religion. » Aucune église chrétienne ne pratiquant ce genre de sévices sur des enfants en bas-âge, il tombe sous le sens que le clergé catholique, sous la direction de Jorge Bergoglio, prend position en faveur de rites pratiqués par les musulmans et les juifs. Une ingérence dans le domaine politique d’autant plus outrancière que l’Islande n’est pas un pays catholique mais protestant et que seuls 10 % des 280.000 habitants du pays vont effectivement à l’église. Source : http://breizatao.com

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France