CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans.

Dans sa stratégie nouvelle visant à incarner aux yeux des Français « paisibles » le Parti de l’ordre, stratégie qui, par bien des aspects relève pour lui du rôle de composition, Emmanuel Macron avait annoncé à la fin du mois de décembre dernier son intention de renforcer l’arsenal juridique contre les casseurs en faisant voter au plus vite une loi nouvelle. Triangulation oblige, par un tour de passe-passe parlementaire, c’est, en fait, une proposition de loi initiée par le sénateur LR Bruno Retailleau et votée il y a quelques mois par la Haute Assemblée contre l’avis du gouvernement qui a, toute honte bue, été retenue pour accélérer la navette entre les deux chambres. Le nouveau projet de loi a donc été présenté à l’Assemblée nationale en séance plénière et discuté mardi et mercredi. L’homme du désordre institutionnel et social qu’est Emmanuel Macron croyait ainsi, relayé par les rodomontades de son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, se parer à bon compte des vertus de l’autorité régalienne en procédant à sa énième triangulation à l’égard de la droite en espérant ainsi incarner le parti de l’ordre. C’est pourtant un texte profondément remanié et largement édulcoré qui est sorti du débat. Une fois de plus, la montagne sécuritaire a accouché d’une souris naine. La loi adoptée par le Sénat prévoyait trois points forts : La possibilité pour le Préfet (ou le maire) d’interdire à certaines personnes de manifester, une mesure qui implique la création d’un fichier spécifique aux casseurs ; La création de périmètres de protection au sein duquel les forces de l’ordre auraient des prérogatives étendues (fouilles des effets personnels, possibilité d’interpeller au nom d’un principe de précaution, automatisation des contrôles d’identité, etc.) ; L’interdiction de dissimuler son visage dans l’espace public (interdiction déjà existante mais qui serait renforcée par des peines aggravées dans le cadre d’une manifestation). Las… En commission, les députés LAREM et MODEM supprimaient dès le mercredi 23 janvier l’article 1er de la proposition de loi consacré aux périmètres de sécurité, en vue d’une nouvelle formulation

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France