Partager sur Facebook
Twitter
Google +

La loi en préparation pour traquer les fausses nouvelles est en bon chemin. L’exécutif estime que « la capacité de discernement des citoyens ne suffit plus ». En clair, les Français sont de sombres abrutis et il faut d’urgence les guider vers la bonne information.
L’information juste pour le pouvoir s’entend ! Celle qui ne fabrique pas des citoyens pensants et ne provoque pas dans les cerveaux des questions gênantes, voire contre productives. Le journal Le Monde etLibération, journaux subventionnés par l’état, et appartenant aux grands patronats se targuent d’être libres. Ils ont mis à disposition des systèmes prêts à penser comme Décodex chargé de vous dire ce qui est bon, pas bien, voire pas bien du tout et à fuir !
On songera à la main de Georges Soros qui, à travers European Investigative Collaboration, guide ces « libres penseurs », ces chevaliers blancs, comme Le Monde et Médiapart. Sans compter celle deFacebook qui aide aussi au financement de ces censeurs du « grand déconnex » comme aurait pu le dire Valeurs Actuelles ! Et puis, que dire de cette information sur le financement du journal socialisant Le Monde mais pas seulement lui, par Google ? (Source OJIM)
Vous avez dit indépendance ? (…) le Canard enchaîné révèle que Facebook collabore avec le quotidien du soir pour faire le ménage sur le réseau social, fréquenté par 33 millions d’abonnés en France. Moyennant finances. Titre de l’article : « Entre “Le Monde” et Facebook, un beau conte de “fake” ».
Voyons de près les raisons de cette loi et surtout, les raisons qui animent le Décodex du journal Le Monde. Son discours est sans appel. Il annonce clairement la couleur c’est-à-dire la formation des médias dans les écoles de la République  pour formater les enfants de la République. Du Georges Orwell à l’état pur.
Décodex, lance une initiative d’éducation aux médias, à la fois avec une palette d’outils pédagogiques interactifs, mais également une association, « Entre les lignes », partenariat entre Le Monde et l’Agence France-Presse (AFP)visant à intervenir bénévolement dans les classes pour une formation aux médias. Pour l’année scolaire 2017-2018, quelque 150 ateliers doivent être organisés grâce à l’engagement volontaire de près de 100 journalistes. L’un de nos objectifs est également de fournir à nos lecteurs des outils pour mieux comprendre les codes et les formats utilisés par les médias.
Cela revient à

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer