Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Les médias, avec cet aveuglement volontaire qui les définit si bien, ont décidé d’applaudir le choix, par L’Oréal, d’Amena Khan pour célébrer la diversité, et ils ont, au passage, évidemment ignoré que la jeune femme est une antisémite de la pire sorte.
Certes me direz-vous, c’est à cela que sert la « fichue sphère ». Notre fonction, et nous l’assumons car « vous le valez bien », consiste à combler le vide sidérant laissé par les médias traditionnels. Nous sommes requis d’écrire ce que la presse ne veut pas qu’on écrive, dénoncer ce qu’elle veut cacher, et dire ce que les gens ne veulent pas qu’on dise.
Ainsi, L’Oréal Paris a décidé d’élargir sa représentation de la diversité dans l’une de ses publicités, en utilisant les services de la belle blogueuse britannique, mannequin et créatrice de cosmétiques.
La jeune femme, font remarquer les médias, est suivie par plus de 390 000 personnes sur sa chaîne YouTube et plus de 570 000 sur Instagram.
Mais la belle est une bête.
Les médias ne veulent pas que vous le sachiez, la blogueuse a des propos violemment antisémites. Ses commentaires sortent tout droit de la définition de l’antisémitisme selon le test des 3D* du dissident russe devenu haut responsable israélien, Natan Sharansky.
Voici quelques-unes des sorties sans fard de la fardée de L’Oréal à ses fans :

 
« Vous répétez tout le temps « personne n’est au-dessus de la loi ». Pourtant, selon le droit international, Israël est un Etat illégal. Pourtant vous le soutenez. EXPLIQUEZ. » [D pour délégitimation du test 3D]

 
Israël = Pharoah [pharaon]. Tous les deux des tueurs d’enfants. Insha’Allah (avec l’aide de Dieu), la défaite atteint le premier, ce n’est qu’une question de temps.  [D pour diabolisation du test 3D]

 
 
@jonsnowC4, Votre reportage « enfants de Gaza » était incroyablement émouvant. Israël est un Etat funeste et ceux qui en souffrent le plus sont les enfants innocents.  [D pour double standard du test 3D]
L’égérie de L’Oréal lance des accusations qui font référence aux clichés antisémites que l’on croyait oubliés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Quel retour en arrière pour la firme dont le dirigeant, André Bettencourt publiait justement des articles antisémites dans

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer