« Il faut que tout change pour que rien ne change », disait le poète sicilien. L’Union européenne a annoncé un vaste programme d’aide au développement lors de son 5ème sommet conjoint avec l’Union africaine. Mais, comme le note le géographe italien Manlio Dinucci, il s’agit de néo-colonialisme derrière les bons sentiments affichés.

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire