Le Conseil de l’Union européenne a publié, le 21 janvier 2019, une nouvelle liste de sanctions. Elle concerne des hommes d’affaires et des sociétés syriennes impliqués dans le projet de Marota City. L’Union reconnaît qu’à une exception près, aucune des personnes qu’elle sanctionne n’est impliquée de quelque manière que ce soit dans les combats, mais exclusivement dans la reconstruction du pays. Selon les Nations unies, il conviendrait de réunir un minimum de 300 milliards de dollars pour reconstruire la (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire