Partager sur Facebook
Twitter
Google +
On se souvient tous de l’affreuse grimace qui s’était dessinée sur le visage d’ange (ou de démon ?) de Najat Vallaud-Belkacem à l’annonce de la nomination de Jean-Michel Blanquer pour la remplacer à la tête de l’Education nationale.
La Khmer rose de l’égalitarisme forcené avait compris en une seconde que toute son entreprise de déconstruction de l’école et de nivellement par le bas allait être patiemment mais systématiquement déconstruite à son tour !
Pour le titre de cet article, je me suis inspiré de celui de Sophie Coignard paru ce matin sur le site du Point. Dans cet article, Sophie Coignard se félicite de la démission de Michel Lussault de la présidence du Conseil supérieur des programmes (CSP).
Ecoutons-la :
Il faut lui reconnaître une qualité : il n’a jamais varié. Depuis sa nomination, en 2014, Michel Lussault, le président du Conseil supérieur des programmes (CSP), n’a cessé de défendre toutes les extravagances pédagogistes soutenues par la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Il vient d’annoncer, dans Le Monde , qu’il quittait son poste pour cause d’incompatibilité avec le ministre Jean-Michel Blanquer.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer