Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Excellente suggestion faite ce 28 juillet à Orléans : sélectionner les demandeurs d’asile sur place, en Afrique « L’idée étant d’éviter que des gens prennent des risques fous, alors qu’ils ne sont pas éligibles à l’asile »
Il me vient cependant quelques réflexions qui mettent un bémol à votre nouvelle et brillante idée :
*Rien n’empêchera ceux qui ne seront pas éligibles à tenter tout de même le voyage.
*Quel sera votre réponse dans de tels cas qui, soyons-en certain, se présenteront ?
*Quelle est votre « idée » en ce qui concerne les dizaines de milliers de « demandeurs d’asile » déjà installés en France ?
*Il ne faudrait pas que soient « éligibles » uniquement les hommes jeunes et sans famille, comme c’est le cas actuellement, et depuis des années. Ces hommes jeunes doivent rester dans leurs pays pour lutter et non pour fuir.
*La seule politique de dissuasion et de suspendre toutes aides et assistances à ceux qui ne sont pas « éligibles » afin de ne pas les inciter à risquer leur vie en tentant le voyage par « passeurs ». Les pays qui ne leur offrent ni aide ni assistance n’ont pas de « migrants » !
Réflexion également sur votre déclaration ce même jour à Orléans : « Pour les persécutés, combattants de la liberté, je serai intraitable. Ils doivent être accueillis sur notre territoire. Les laisser errer de frontière en frontière, ce n’est pas la France. »
Pour les « persécutés » je veux bien vous suivre, mais pour les « combattants de la liberté » je pense que vous vous fourvoyez car, si vous les aider à fuir leurs pays, où, théoriquement, ils se battent pour cette liberté, il y fort peu de chance que ces pays y accèdent un jour prochain car, faute de combattant !
Les « combattants de la liberté » se battent pour leurs pays et non pas en fuyant pour être à l’abri dans des pays d’accueil !
Votre proposition, Monsieur le président, n’a aucun sens pratique.
Elle ne freinera pas l’invasion de « migrants », bien au contraire, elle l’accentuera et nous

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer