Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Politiquement, je pense d’Emmanuel Macron ce que je pense de tous ses prédécesseurs depuis Giscard : un traitre qui, au nom de « l’Europe, l’Europe, l’Europe », sacrifie la France, son peuple, sa souveraineté, son histoire et son avenir, vus comme des boulets hérités du passé qui empêchent la marche vers la modernité radieuse de la fusion universelle.
Comme c’est un béjaune besogneux et fayoteur, élevé sous cloche, à l’abri des intempéries, il est plutôt moins coupable que ses prédécesseurs qui, ayant plus d’expérience de la vie, n’ont pas l’excuse de la naïveté idéologique.
Humainement, c’est un petit con narcissique et verbeux, plus séduisant que ses deux prédécesseurs. Il a de petites qualités qui brillent seulement par contraste avec MM. Hollande et Sarkozy.
Bref, pas de quoi fouetter un chat. Le changement dans la continuité, l’immobilisme à fond la caisse avec des enjoliveurs neufs et le volant en moumoute. Rien de nouveau sous le soleil depuis quarante ans.
C’est pourquoi je vous en parle si peu. Ce blanc-bec à grosses chevilles et à grosse tête ne m’intéresse pas. Il n’arrive même pas à m’énerver comme le faisait Hollande. Et puis, c’est une marionnette dont on voit les fils, s’il n’etait pas si arrogant, il ferait pitié.
Comme Rioufol, je peux écrire (Rioufol et Bernat, les macronosceptiques) :
« Je ne suis pas macronien. Je me sens pleinement solidaire des ploucs et des boulets, c’est-à-dire de ceux qui ne sont rien. »
Edouard Husson fait une analyse ravageuse de la politique européenne d’E. Macron (même s’il se montre, en conclusion, exagérément optimiste : les oeillères d’Emmanuel Macron l’empêcheront de saisir les bonnes occasions) mais il ne perd pas de vue qu’il est dans la continuité de la désastreuse politique française :

2017 : l’année où l’organisation européenne des années 1990 s’est effondrée
Addendum :
Le phénomène Macron et le vieillissement français
**********
Célébré par les médias comme une icône, le président néo-bonapartiste Macron, préféré des retraités aisés et des amateurs de télé, est parfaitement adapté à un pays riche, peu actif, vacancier, héritier, coutumier, plaisancier. C’est le jeune animateur de maison de retraite dont nous avions

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer