Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Sacré Macron ! Hier il nous a fait un discours qui n’a servi à rien mais il aime ça: causer et causer encore, toujours. Et puis dans ce cadre merveilleux du château de Versailles, comment ne pas mieux asseoir sa Majesté. C’était creux, c’était soporifique (la preuve, il m’a endormi), c’était sans saveur; en tout cas bien loin d’un Discours à la Nation à la mode US qu’il tente d’imprimer. Et le pire, c’est qu’il a annoncé vouloir remettre le couvert (à 300 000 euros fourchette basse, 600 000 selon le Canard) chaque année. Rien n’est trop beau pour Jupiter.
La seule chose qui m’a fait sourire, preuve s’il en était de son amateurisme, c’est la promesse qu’il a faite d’accorder le droit de vote à tous les handicapés mentaux ou psychiques de France et de Navarre:  » C’est aussi une politique de retour vers la citoyenneté pleine et entière que nous assumerons et celles également pour ces personnes, y compris celles sous tutelle, d’un retour au droit de vote ».
Oh voilà une idée qu’elle est bonne: égalité pour tous, les amis ! Pas de rupture de citoyenneté sous prétexte d’une déficience mentale ! Ses équipes ne s’y sont pas trompées si j’en crois leurs déclarations satisfaites: « C’est une excellente nouvelle, se réjouit-on dans l’entourage de la secrétaire d’Etat. On remet les personnes handicapées dans leur vrai droit de citoyen – c’est une mesure forte sur la place de ces personnes en France ».
Gros Mouarf ! ou Super Lol, si vous préférez. Pourquoi ? Parce que ce droit, il existe déjà et ce depuis 2005 ! Je suis bien placé pour le savoir puisque mon petit frère est concerné et que tout  » débile » qu’il soit, un juge des tutelles (toute personne majeure handicapée est « supervisée » par un juge des tutelles) le lui a accordé ce droit de vote en 2008. Il le lui a accordé après l’avoir convoqué spécialement pour cela, en présence de mes parents, ses tuteurs légaux, et après lui avoir posé seulement deux questions. La première fut:  » tout va bien  »

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer