Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Théo c’est le chevalier blanc des banlieues, le bon garçon, celui qu’on appelle lorsque la veuve et l’orphelin sont opprimés par l’Etat Français. On sait tous que ce dernier aidé bien entendu par une population blanche, chrétienne et européenne sans scrupule est là simplement pour faire du mal à tous ces Théo que comptent notre nation.
Ce n’est même pas moi qui l’écrit mais le bon Macron, qui rendait hommage au cher et tendre Théo, dénonçant aussi les violences policières que l’on compare bien entendu à la Gestapo. Et oui le champ lexical de la 2ème guerre est de sorti, les jeunes des banlieues, la diversité et ces fameux « musulmans amalgamés » sont les juifs des années 40. Tout est par conséquent lié, les uns tabassent les autres à mort, et ces autres encaissent des coups qu’ils ne rendent bien-sûr jamais. Ah cette fameuse image d’Epinal que nous colle la gauche qui forcément est une vérité écrite dans un marbre emplis de mensonges.
Cette culture de l’étranger, de la banlieue, m’insupporte au plus au point, mais pire la légitimisation de celle-ci me donne la gerbe. Nous accueillons des millions d’ordures qui n’ont pas à rester chez nous, nous les nourrissons, nous les logeons, nous les éduquons ou plutôt essayons puisque ce sont des bêtes chez qui la civilisation n’est pas encore arrivée, nous les soignons, nous les payons, et faisons encore tant de choses qui dépasseraient mon nombre de caractères prévus à l’écriture de ce texte, et pourtant ce n’est pas assez. Ce n’est en réalité jamais assez, un peu comme des parasites dont ne peut se débarrasser, vivant sur la bête.
Le mensonge vient très vite aux oreilles des gens, il est d’ailleurs souvent cru au premier abord, la vérité elle est plus longue à sortir du bois, mais arrive toujours à un moment ou à un autre. Theo était un porte étendard puis on a appris qu’il était escroc, puis dealeur, et enfin qu’en réalité il ne s’est pas passé ce dont les policiers étaient accusés.
Tout était faux dans cette histoire, M. Macron vous qui

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer