Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Il n’y a pas que les agents de la ville et les contribuables qui se plaignent de la lourdeur et des gaspillages que la mairie d’Hidalgo inflige aux Parisiens.
Les magistrats financiers sont de la partie et la Cour des Comptes vient de notifier par ce qu’on appelle un référé des griefs terribles contre la manière dont les personnels sont gérés par Anne Hidalgo.
En résumé, c’est un empilement de règles, statuts et rémunérations dérogatoires qui conduit à faire survivre des emplois anachroniques et des doublons et triplons à tous les étages de l’Hôtel-de-Ville. Le rôle du secrétariat général de la ville, à l’utilité douteuse au vu du nombre de directeurs et directeurs généraux employés par ailleurs, est particulièrement stigmatisé.
Tous comme les dérogations à la durée du travail ou le principe fort généreux qui veut que les agents municipaux ont forcément aussi bien que les mieux lotis des agents de l’Etat dans à peu près tous les domaines de comparaison.
Décrire cette armée mexico-parisienne donne ceci en langage de la Cour des comptes : «la typologie des emplois supérieurs parisiens déroge à celle des autres collectivités territoriales en retenant un nombre élevé d’échelons hiérarchiques et des statuts d’emplois fonctionnels qui n’existent pas dans les autres collectivités … Les plafonds d’emplois et les règles de rémunérations (…) ne sont même pas respectés … le suivi des emplois non-titulaires sur la seule base de plafonds d’emplois et des effectifs globalisés associés à ces plafonds, les mécanismes de gages ou de sureffectifs, sans base légale ni réglementaire, lui permettent de s’exonérer de l’identification des postes et des règles de recrutement afférentes. »
Ces travers ont été naturellement portés à leur comble par les socialistes depuis 2001. La nomination de copains de parti est fréquente, parfois même des recalés du suffrage universel.
Les effectifs dans la com’ sont délirants. On apprenait ainsi au détour d’une offre d’emploi en 2014 que : « le Département Paris Numérique regroupe les activités digitales de la Direction de l’Information et de la Communication : relation aux usagers, animation éditoriale de Paris.fr, gestion de communautés, audiovisuel et projet.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer