Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Au risque d’épuiser notre insoumis bolivarien Mélenchon, l’exécutif a décidé de voter des trucs pour notre bien jusqu’au début du mois d’août. C’est bien évidemment dans le but de racler les fonds de tiroirs, de réaliser des économies de bout de chandelle et de voter une loi sensée faire renaître la confiance des citoyens envers leurs élus pourris. Comme d’habitude, des bricolages insignifiants sont présentés comme des vaillantes réformes qui vont bouleverser notre quotidien et donnent donc fort logiquement lieu à de foudroyantes, de palpitantes joutes verbales. Plusieurs questions agitent mon esprit de citoyen trop médiocre pour sortir diplômé de l’ENA. La première, où va-t-on en Macronie? Je redoutais dans le billet précédent que la montagne 2017 n’accouchât d’une souris. La seconde, complémentaire du fait de mes craintes, qui pour s’opposer et si nécessaire prêcher la bonne parole?
Je ne comprends toujours pas la volonté du président Jupiter d’absolument respecter les clous des 3% de déficit budgétaire d’ici à la fin de l’année. Les médias subjugués par le jeune et allant président pensent que pour impulser ses idées en Europe, il se doit de respecter les règles. L’idée du plan caché telle une stratégie de billard avec un coup en une ou plusieurs bandes est séduisante mais ne semble pas bien coller avec le sentiment d’improvisation et d’impréparation qui se dégage depuis mai. Pourquoi le soir de son élection sur fond de l’hymne à la joie de Beethoven, Jupiter n’est pas allé voir ses petits amis technocrates de Bruxelles pour leur dire : « ça fait belle lurette que la France piétine ses engagements de réduction de déficit, laissez-moi encore un délai, vous n’êtes plus à 2 ou 3 ans près, je suis le premier à me faire élire en promettant des réformes structurelles depuis 2007! » . Voilà qui nous aurait épargné la politique de rabot aveugle, exécutée sans réflexion de fond. Mais cette regrettable habitude française prolongée par Jupiter a une vertu: on voit qui s’y oppose et comment.

Tout aura vraiment été mis en œuvre pour tenter de sauver cet indispensable mécanisme.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer