Les débordements n’ont cessé de se multiplier en marge de la loi travail, depuis fin mars. Des violences qui sont le fait d’une « poignée de casseurs ». Mais qui sont-ils et comment agissent-ils ?

Depuis le 31 mars et le début des manifestations contre la loi travail, de nombreux débordements et des violences ont avec les forces de l’ordre ont émaillé ces mouvements, à Paris et en province. Ce mardi 14 juin, les syndicats sont de nouveau descendus dans la rue espérant une mobilisation d’ampleur contre le projet de loi examiné au Sénat. Mais de nouveaux incidents ont éclatés à Paris, où « plusieurs centaines ” de « personnes encagoulées ” ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre. Treize personnes ont été interpellées et au moins deux autres ont été blessées. Armés de barres de fer, organisés, dissimulés par des cagoules ou des masques, ils sont une « poignée de casseurs » à se fondre dans les manifestations pour chercher la confrontation avec les forces de l’ordre : qui sont-ils et comment agissent-ils ? Olivier Cahn, chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip), observe « deux types de groupes : les groupes autonomes habillés en noir, les “Black Blocs”, organisés, qui apparaissent tout à coup à l’avant du cortège pour en découdre avec les policiers. (…) Et des groupe de casseurs, constitués de gamins qui descendent de la périphérie de Paris ou Lyon et profitent de la manif pour casser ». Des groupes autonomes Les groupes autonomes ont le « visage masqué, des lunettes de ski, des foulards, du produit pour les yeux : ils s’équipent pour évoluer sereinement au milieu des gaz lacrymogènes “, raconte Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie Officiers. « Certains viennent de pays voisins “, affirme aussi une source policière Lire aussi : > Manifestations : à Paris, le comptage de la police ne fait plus débat > Dernière démonstration de force anti-loi travail de la CGT « Certains se déplacent même en colonne comme les policiers “, dit-il. « Ils sont de plus en

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France