Même si Jean-Luc Mélenchon n’est pas le moins imprévisible des hommes politiques, sa réaction avait surpris. Ce mardi 1er mai, la manifestation de la Fête du Travail a été grandement perturbée par un groupe de casseurs : un millier de personnes encagoulées ont pris la tête du cortège avant de commettre des violences et dégradations, saccageant notamment un restaurant McDonald’s, une agence Renault et une auto-école. Dans la foulée, Jean-Luc Mélenchon avait dégainé un tweet plus qu’étonnant : “Insupportables violences contre la manifestation du premier mai. Sans doute des bandes d’extrême droite.”

Il était pourtant clair que le groupuscule agressif qui a brièvement imposé sa loi au cortège se rattache à la fraction la plus radicale de l’extrême gauche : les “Black blocs”, qui sont devenus des habitués des cortèges, sont d’après Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur sous François Hollande, “pour beaucoup issus de la mouvance anarchiste”, et acteurs de “tous les combats alter-mondialistes violents”. Pas des groupes d’extrême droite, donc. La sortie de Jean-Luc Mélenchon a pourtant été reprise par Mathilde Panot, députée de la France insoumise, sur France Info : “Nous condamnons fermement les violences qui se sont déroulées aujourd’hui, le retour de l’extrême droite est aujourd’hui extrêmement inquiétant dans notre pays”, a-t-elle déclaré…Lire la suite sur Marianne

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France