Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Vous avez peut-être entendu parler du rapport de la Cour des Comptes à propos des finances publiques de l’année 2016.
Le constat est catastrophique mais, bien entendu, les recommandations de la Cour ne seront suivies d’aucun effet !
Parmi les gabegies dénoncées, figure la fameuse écotaxe, avec ses portiques et son partenariat public/privé qui permettait, dans des conditions assez obscures, à une entreprise privée (écomouv’) de collecter, moyennant une très confortable commission, des impôts sur le dos des transporteurs routiers.
Selon la Cour, la perte en capital est d’un milliard d’€ en raison de la nécessité d’indemniser écomouv’ pour la rupture anticipée du contrat qui présentait plusieurs curiosités juridiques et particulièrement celle de ne prévoir aucune indemnité de retard à la charge d’écomouv pour la mise en place du dispositif alors qu’il y avait un retard très important !
Et, selon la Cour le manque à gagner fiscal serait de 10 milliards d’€ !
Je n’ai jamais fait partie des « bonnets rouges » mais j’ai immédiatement compris, à propos de cette affaire, les points suivants :
ce type de marché public/privé est typique de ce que l’on appelle du capitalisme de connivence qui n’est accessible qu’à certains initiés gravitant dans l’orbite du pouvoir et des hauts fonctionnaires habilités ; avec tous les passe droit imaginables liés au caractère opaque du marché !
je n’ai jamais cru à l’argument écologique (mais je suis un écolo sceptique) et ai surtout vu dans ce montage un mécanisme destiné avant tout à récupérer de nouveaux impôts en profitant d’une « vague verte » qui surfe sur la culpabilisation du citoyen persuadé qu’il doit tout faire pour limiter son « empreinte carbone » alors que nous devons être convaincus que l’homme, quoiqu’il fasse, porte atteinte à l’environnement depuis qu’il existe !
il était évident que cette taxe serait forcément répercutée par le transporteur sur son affréteur et que celui-ci l’aurait répercuté sur son ou ses clients qui l’auraient à leur tour répercutée sur le consommateur final c’est à dire nous ! (comme c’est le cas pour toutes les autres taxes !).
j’ai toujours vu avec suspicion

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer