Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Vous vous souvenez, les frères Chérif et Saïd Kouachi et Amedy Coulibaly, ces « héros » musulmans qui ont assassinés « Charlie hebdo », à cause de ses démêlés avec le prophète, et quelques juifs innocents à l’Hyper-Cacher de la porte de Vincennes, les 7 et 9 janvier 2015 ?
Presque toute la France était alors « Je suis Charlie », puis cela s’est estompé et le massacre du « Bataclan » a pris le relais dans l’émotion nationale.
Vous allez être heureux d’apprendre que le cerveau de ces attentats terroristes, celui qui dirigeait les carrières des précédents, Kouachi et Coulibaly, aujourd’hui « sanctifiés » au paradis d’Allah, Djamel Beghal, va bientôt être rendu à la liberté et pourra ainsi poursuivre son action néfaste auprès d’autres « radicalisés » afin de les préparer à de nouveaux attentats, plus spectaculaires que les « vulgaires » attaques aux couteaux, auxquelles nous sommes dorénavant accoutumés, et qui se poursuivront, bien entendu, en parallèle.
Né à Bordj-Bou-Arreridj, en Algérie, Djamel Beghal a été déchu de la nationalité française, fort heureusement, et se trouve sous le coup d’une mesure d’interdiction du territoire, donc d’expulsion, datée du 19 septembre 2017.
Sera-t-il immédiatement renvoyé en Algérie, dès sa libération ? « C’est loin d’être acquis », a précisé la garde des sceaux, Nicole Belloubet, car la Cour européenne des droits de l’homme avait alors recommandée, aux autorités françaises, de ne pas l’expulser. Djamel Beghal estimait à l’époque, et il n’avait pas tort, que son retour dans « son pays », en Algérie, l’exposait à des tortures, voire davantage.
La ministre de la justice a cru devoir ajouter : « Ce qui importe c’est que ces personnes-là soient sous surveillance constante. ».
Nicole Belloubet sait pertinemment que cette « surveillance constante » est impossible en France, actuellement, et que Djamel Beghal pourra circuler à son aise et disparaître quand il le souhaitera, pour préparer un nouvel attentat, d’une plus grande ampleur que ceux auxquels nous nous habituons quotidiennement.
Bien entendu l’Algérie n’est pas enthousiaste pour accueillir cette racaille mais, si elle le reçoit, elle le traitera comme il convient et cela Beghal le sait !
Des Djamel Beghal, ils seront quelques centaines à être libérés d’ici 2019. Ils ne seront pas tous « déchus de la nationalité française », donc ils ne seront pas « expulsables » (le seraient-ils

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer