Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Nomination au Conseil Constitutionnel: Alain Juppé s’explique.
Billet librement inspiré d’un post de Pierre Duriot
Bonjour,
Voyez-vous, je vais être nommé au Conseil constitutionnel et je suis contraint de quitter ma bonne ville de Bordeaux après l’avoir remarquablement plombée même si avec 343 millions de déficit je fais nettement moins bien que ma collègue parisienne. Au Conseil Constitutionnel donc, je m’en vais, la politique politicienne, ce n’est plus ma chose et puis l’ambiance est tellement pourrie en ce moment que franchement, j’en avais plein le dos. Rendez-sous compte, il y a même des hordes de gilets jaunes qui massacrent chaque samedi la ville que j’ai moi-même personnellement et avec vos sous réveillé, endormie qu’elle était depuis des années. Je me suis mis à parler comme eux pour qu’on essaie de se comprendre mais ils ne comprennent rien et puis le pouvoir d’achat, ce n’est pas un problème pour moi, je ne vois pas pourquoi ça en serait un pour eux. Si à cela vous rajoutez les réseaux sociaux tout plein d’injures et de haine de l’Autre, stop, ça suffit, j’en peux plus. Droit dans mes bottes, fier du travail accompli, je m’en vais donc palper 15 000 boules à Paris au Conseil. Comprenez-moi bien, j’ai beau avoir 73 ans et vécu quasiment toute ma vie sur la gueuse, j’en ai jamais assez alors 15 000 boules, je prends. Vous feriez de même à ma place, non ? Et puis en plus, comme c’est Richard Ferrand qui m’a fait signe et certainement pas Macron, contrairement à ce que certains haineux prétendent, si en même temps je peux faire chier avec ce ralliement à la Macronie Les Républicains, on va pas s’en priver, n’est-ce pas ? Il est vrai que lorsqu’il s’agit de mettre le brin dans mon ex famille politique, je suis assez doué, Sarko et Fillon s’en souviennent encore… les cons.
Quoi ? j’aurais dans le passé certifié que je ne quitterais pas ma bonne ville, que les Bordelais c’était ma chair, mon sang et toussa. Oui, et alors ? Vous avez déjà vu un politicien respecter ses promesses

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer